Ces femmes qui écrivent. De Madame de Sévigné à Annie Ernaux
  • Ces femmes qui écrivent. De Madame de Sévigné à Annie Ernaux

Ces femmes qui écrivent. De Madame de Sévigné à Annie Ernaux

Auteur(s) : Seys Elisabeth
Retrouvez des critiques de ce livre sur les sites  actualitte.com ,  myboox.fr   et Livrescritique.com . Lire le courrier de l'auteur sur 20minutes.fr . Cliquez  ici afin de consulter en ligne un article paru dans "M...LIRE LA SUITE
Pages : 456 pages
Format : 16 cm x 24 cm
Poids : 0,730 kg

Retrouvez des critiques de ce livre sur les sites actualitte.commyboox.fr  et Livrescritique.com.

Lire le courrier de l'auteur sur 20minutes.fr.

Cliquez ici afin de consulter en ligne un article paru dans "Mémoire des arts".

Cliquez ici afin de consulter en ligne un article paru dans la presse à propos de ce livre.

Cliquez ici afin de consulter en ligne un article paru dans "Clara magazine".

La parole féminine a longtemps été maudite. Pour oser écrire « je », les femmes ont donc dû vaincre des obstacles intimement liés à leur condition dans la société.

À l’aube des temps modernes, les premières à prendre la parole furent Christine de Pizan, Marguerite de Navarre puis Mme de Sévigné, ouvrant l’espace où une écriture féminine sera possible. Plus tard, conscientes des problèmes de leurs contemporains, Mme Roland, Flora Tristan et même George Sand ont défi ni l’engagement au féminin à travers une écriture de l’action et de la revendication. À l’inverse, c’est non à la condition de la femme citoyenne mais à celle de la femme artiste que s’attachèrent Mme de Staël et Colette, qui toutes deux, à des époques différentes, eurent à souffrir des préjugés auxquels était confronté leur sexe… C’est contre ces préjugés que s’est insurgée très jeune Simone de Beauvoir : elle créa les conditions de possibilité d’une autre conception de la femme. Issues de cette nouvelle pensée, Marguerite Duras vit dans la féminité la transgression, Marguerite Yourcenar une simple qualité de l’être humain. Enfin, de nos jours, Annie Ernaux déplace la question de la féminité du terrain des disputes partisanes vers celui d’une sociologie capable de penser les femmes telles qu’en ellesmêmes : dans leur insaisissable originalité.
Proposant une lecture à la fois historique et littéraire de l’oeuvre autobiographique de ces douze femmes, l’auteur interroge le lien entre condition et écriture féminines. Son analyse précise et sensible nous fait revivre leur époque, découvrir des textes parfois méconnus et appréhender d’un oeil neuf le parcours de ces brillantes femmes de lettres.

LIVRE
ISBN :  9782729872168
24,40€
TTC
Disponible

L’éditeur vous recommande également

LIVRE
ISBN :  9782729872168
24,40€
TTC
Disponible

Haut de page